Tag Archive | "MTN cameroun"

MTN Mobile Money

Tags: , , ,

7 700 étudiants ont payé leurs droits universitaires via MTN Mobile Money

Posted on 16 October 2013 by pollux

MTN Mobile Money

D’après Julius Essoka, l’un des responsables du service MTN Mobile Money au Cameroun, en 2012, 7 700 étudiants de l’Université de Buéa ont payé leurs droits universitaires à travers l’application Mobile Money mise en place par la filiale du groupe MTN au Cameroun.

Pour l’année 2013, Mtn Cameroon annonce l’extension de ce service dans au moins quatre institutions universitaires. Notamment à l’Université de Bamenda, à l’Ecole nationale supérieure de Bambili, à l’Istag de Yaoundé et à l’IAO d’Obala.

Le fonctionnement de l’application est simple. D’abord, l’étudiant s’inscrit en ligne à travers l’adresse internet de l’Université. Une fois inscrit, il reçoit par mail un code qu’il utilise comme référence pour effectuer son paiement via Mobile Money. Une fois les frais payés, l’interface de paiement mis en place rattache les frais au code qui porte en arrière-plan, le matricule et les données du candidat.

Cette application de paiement en ligne des droits universitaires de Mtn Cameroon a remporté le prix de la meilleure application innovante de l’année en Afrique centrale au forum Africa Telecom People 2013 qui a dévoilé ses résultats le 02 octobre 2013 à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Comments (0)

Tags: , ,

L’Agence de régulation accuse MTN Cameroun de publicité mensongère

Posted on 01 May 2013 by pollux

MTN Cameroun Pub

Dans un communiqué qu’il vient de publier dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, Jean Louis Beh Mengue, le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications, somme l’entreprise de téléphonie mobile MTN Cameroun de «cesser sans délai une campagne publicitaire qui s’avère incomplète et de procéder à la réparation du préjudice causé aux consommateurs».

En effet, explique le Dg de l’ART, en décembre 2012, la filiale camerounaise de MTN International a procédé au lancement de deux nouveaux plans tarifaires, dont celui dénommée «MTN Best». La campagne publicitaire lancée autour de ce nouveau plan tarifaire indiquait : «1 FCFA par seconde de communication pout tous les appels émis à partir du réseau MTN Cameroon vers tous les autres réseaux».

Selon l’ART, après de nombreuses plaintes des consommateurs, une enquête conduite par le régulateur a permis de constater que cette publicité est incomplète, puisqu’elle fait croire que tous les appels sur les réseaux concurrents sont facturés à 1 FCFA la seconde, alors qu’en réalité, cette tarification ne vaut qu’en direction d’un seul numéro chez les concurrents, numéro préalablement choisi par l’appelant comme étant son numéro préféré. D’où la sortie du Dg de l’ART.

Chez MTN Cameroun, l’on dément en bloc les accusations de l’ART. Le responsable de la communication de cet opérateur de téléphonie mobile affirme d’ailleurs, dans un article de Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics, que les abonnés ont été informés par Sms que la seconde d’appel à 1 FCFA vers d’autres réseaux, n’était valable que pour le numéro préféré.

L’on constate par ailleurs que les affiches publicitaires incriminées par le régulateur ont disparu des rues. Du côté de MTN, l’on refuse cependant de lier cette disparition des affiches à l’injonction de l’ART, mais davantage à la fin de la période de ladite campagne.

Comments (0)

Tags: , , ,

MTN lance ses offres Cloud pour PME sur ses principaux marchés

Posted on 10 April 2013 by pollux

MTN logo

 

Après une période d’essai de six mois couronnée de succès, le groupe MTN a décidé de lancer son bouquet composé de divers services Cloud dès le 10 avril 2013 au Nigeria et au Ghana, puis, dans un second temps, sur ses autres grands marchés d’Afrique que sont le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Ouganda et l’Afrique du Sud.

Le projet pilote Cloud de MTN, lancé en décembre 2012, vise les petites et moyennes entreprises. Il fait de MTN le premier réseau mobile d’Afrique à adopter le modèle de courtage du service Cloud. C’est un modèle basé sur la centralisation de l’accès au service où une troisième partie, MTN dans le cas d’espèce, agit comme unique point de contact avec les consommateurs. L’avantage ici réside dans le fait que l’accès centralisé aux services facilite le travail des abonnés qui traitent avec un seul fournisseur de service au lieu de plusieurs pour divers services.

Farhad Khan, le directeur de la branche Affaires du groupe MTN, explique que ce projet pilote de Cloud confirme que les offres de l’entreprise sont à la page. « Il y a un grand attrait vers les solutions TIC appropriées, sur mesure et abordables. Les PME sont à la recherche de fournisseur de services technologiques comme MTN pour leur apporter des outils de classe mondiale qui amélioreront leur efficacité d’affaire. Le projet Cloud de MTN offre exactement cela ».

Comments (0)

Tags: , , , , , ,

l’Art rejette les prix d’interconnexion d’Orange et de MTN

Posted on 03 March 2013 by pollux

Set'Mobile

Enfin une bonne nouvelle pour Samuel Eto’o… L’agence de régulation des télécommunications (Art) n’est pas d’accord avec les tarifs d’interconnexion proposés par les opérateurs Orange Cameroun et MTN Cameroon pour l’année 2013 aux opérateurs concessionnaires de la téléphonie mobile et aux sociétés offrant les services à valeur ajoutée comme Set’Mobile.

Après le rejet de ses premières propositions en juin dernier, Orange Cameroun a transmis le 4 janvier 2013 une nouvelle grille de tarification d’interconnexion mentionnant 32 FCFA/min en heures pleines, 30 FCFA/min en heures creuses pour la voix et 10 FCfa pour le SMS. Soit une légère baisse de 3 FCFA/Min en heures pleines et de 2 FCFA/Min en heures creuses pour la voix par rapport à sa première proposition de juin 2012. Orange avait ainsi simplement reconduit la grille tarifaire de 2012. Propositions qu’a rejetées le 30 janvier dernier le directeur général de l’Art, Jean-Louis Beh Mengue, qui a publié un communiqué la semaine dernière à cet effet. D’après le régulateur, Orange Cameroun n’a pas non plus tenu compte de sa recommandation relative à l’extension des tarifs des heures creuses aux samedis, dimanches et jours fériés.

Un autre communiqué de l’Art rejette les tarifs d’interconnexion proposés par MTN Cameroon. L’opérateur a proposé les mêmes tarifs d’interconnexion qu’Orange Cameroun. Il a aussi proposé les mêmes tarifs pour les fournisseurs de service de communications électroniques à valeur ajoutée comme Set’Mobile.  C’est-à-dire 10 FCFA pour les Sms et 32 FCFA pour la voix. Plus encore, ajoute l’Art, « le catalogue d’interconnexion et d’accès 2013 de MTN Cameroon destiné aux opérateurs concessionnaires ne présente pas d’offres techniques et tarifaires sur la co-localisation et le partage des infrastructures ». MTN Cameroon, dans son catalogue, n’a pas aussi inséré une offre tarifaire de revente de trafic, ni précisé les délais d’activation des services comme le recommandait l’agence. Autant des raisons qui ont motivé la décision de l’Art.

Pour l’Agence, les tarifs proposés par les deux opérateurs « ne prennent pas en compte les exigences de l’Agence qui, lors des échanges relatifs à l’adoption des catalogues 2013, avait fixé, en attendant la finalisation du processus d’acquisition d’un modèle de calcul des tarifs d’interconnexion, la base des discussions à 25 FCFA pour la voix et insisté sur une baisse significative des tarifs des SMS, eu égard aux simulations antérieures et à l’évolution du trafic de l’opérateur ».

Ces décisions de l’Art vont sans doute plaire aux fournisseurs de services de communications électroniques à valeur ajoutée comme Set’Mobile. Ils auront probablement plus de marge de manœuvre si les deux opérateurs se voient contraints à la baisse leurs tarifs.

Comments (1)

Tags: , , , , , , ,

Facebook annonce avoir subi une attaque informatique “sophistiquée”

Posted on 16 February 2013 by nik

Après Twitter, le réseau social Facebook a annoncé vendredi avoir subi, le mois dernier, une attaque informatique “sophistiquée”, qui n’aurait toutefois pas compromis les données de ses utilisateurs.

L’intrusion s’est faite par l’intermédiaire du site contaminé d’un développeur, a précisé Facebook sur son blog. “Nous avons remédié au problème dans tous les appareils infectés, nous avons informé la police et commencé une vaste enquête qui se poursuit à ce jour”, a ajouté le réseau.

Les pirates informatiques ont utilisé la vulnérabilité du logiciel Java, fabriqué par la société Oracle qui, alertée de l’intrusion, a tenté de contrer l’attaque le 1er février, selon Facebook.

Les pirates ont semble-t-il tenté de viser des développeurs et des sociétés technologiques du site internet, qu’ils piégeaient avec un faux code.

“Facebook n’a pas été le seul à se faire attaquer”, selon le réseau social. “D’autres (sociétés) ont été également attaquées récemment”.

Les Etats-Unis seraient la cible d’une importante attaque informatique qui met en péril leur compétitivité économique, ont conclu les différents services américains de renseignement dans un rapport, cité dimanche dernier dans le Washington Post.

Le rapport du National Intelligence Estimate (NIE), classé secret, mentionne comme pays d’origine des attaques en premier lieu la Chine, et cite aussi la Russie, Israël et la France.

Selon le document du NIE, des entreprises liées à l’énergie, la finance, l’aérospatiale, l’automobile sont les plus fréquemment visées par des attaques, et les dommages sont estimés à des dizaines de milliards de dollars.

Face à cette situation, l’administration du président Barack Obama tente de contrer les attaques de ces pays. Il a à cet égard déposé des plaintes devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), expulsé du personnel diplomatique, ou encore restreint la délivrance de visas, selon le Washington Post.

Le réseau social Twitter avait annoncé pour sa part le 2 février qu’environ 250.000 de ses utilisateurs avaient été victimes de pirates informatiques “sophistiqués”, qui avaient mené des attaques similaires à celles portées contre des sociétés et des médias américains.

La même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois.

Twitter avait alors mis en garde contre l’utilisation du logiciel Java. Le département américain de la Sécurité intérieure avait appelé début janvier ses utilisateurs à cesser d’y avoir recours, en raison de sa vulnérabilité.

Après Twitter, le réseau social Facebook a annoncé vendredi avoir subi, le mois dernier, une attaque informatique “sophistiquée”, qui n’aurait toutefois pas compromis les données de ses utilisateurs.

L’intrusion s’est faite par l’intermédiaire du site contaminé d’un développeur, a précisé Facebook sur son blog. “Nous avons remédié au problème dans tous les appareils infectés, nous avons informé la police et commencé une vaste enquête qui se poursuit à ce jour”, a ajouté le réseau.

Les pirates informatiques ont utilisé la vulnérabilité du logiciel Java, fabriqué par la société Oracle qui, alertée de l’intrusion, a tenté de contrer l’attaque le 1er février, selon Facebook.

Les pirates ont semble-t-il tenté de viser des développeurs et des sociétés technologiques du site internet, qu’ils piégeaient avec un faux code.

“Facebook n’a pas été le seul à se faire attaquer”, selon le réseau social. “D’autres (sociétés) ont été également attaquées récemment”.

Les Etats-Unis seraient la cible d’une importante attaque informatique qui met en péril leur compétitivité économique, ont conclu les différents services américains de renseignement dans un rapport, cité dimanche dernier dans le Washington Post.

Le rapport du National Intelligence Estimate (NIE), classé secret, mentionne comme pays d’origine des attaques en premier lieu la Chine, et cite aussi la Russie, Israël et la France.

Selon le document du NIE, des entreprises liées à l’énergie, la finance, l’aérospatiale, l’automobile sont les plus fréquemment visées par des attaques, et les dommages sont estimés à des dizaines de milliards de dollars.

Face à cette situation, l’administration du président Barack Obama tente de contrer les attaques de ces pays. Il a à cet égard déposé des plaintes devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), expulsé du personnel diplomatique, ou encore restreint la délivrance de visas, selon le Washington Post.

Le réseau social Twitter avait annoncé pour sa part le 2 février qu’environ 250.000 de ses utilisateurs avaient été victimes de pirates informatiques “sophistiqués”, qui avaient mené des attaques similaires à celles portées contre des sociétés et des médias américains.

La même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois.

Twitter avait alors mis en garde contre l’utilisation du logiciel Java. Le département américain de la Sécurité intérieure avait appelé début janvier ses utilisateurs à cesser d’y avoir recours, en raison de sa vulnérabilité.

Après Twitter, le réseau social Facebook a annoncé vendredi avoir subi, le mois dernier, une attaque informatique “sophistiquée”, qui n’aurait toutefois pas compromis les données de ses utilisateurs.

L’intrusion s’est faite par l’intermédiaire du site contaminé d’un développeur, a précisé Facebook sur son blog. “Nous avons remédié au problème dans tous les appareils infectés, nous avons informé la police et commencé une vaste enquête qui se poursuit à ce jour”, a ajouté le réseau.

Les pirates informatiques ont utilisé la vulnérabilité du logiciel Java, fabriqué par la société Oracle qui, alertée de l’intrusion, a tenté de contrer l’attaque le 1er février, selon Facebook.

Les pirates ont semble-t-il tenté de viser des développeurs et des sociétés technologiques du site internet, qu’ils piégeaient avec un faux code.

“Facebook n’a pas été le seul à se faire attaquer”, selon le réseau social. “D’autres (sociétés) ont été également attaquées récemment”.

Les Etats-Unis seraient la cible d’une importante attaque informatique qui met en péril leur compétitivité économique, ont conclu les différents services américains de renseignement dans un rapport, cité dimanche dernier dans le Washington Post.

Le rapport du National Intelligence Estimate (NIE), classé secret, mentionne comme pays d’origine des attaques en premier lieu la Chine, et cite aussi la Russie, Israël et la France.

Selon le document du NIE, des entreprises liées à l’énergie, la finance, l’aérospatiale, l’automobile sont les plus fréquemment visées par des attaques, et les dommages sont estimés à des dizaines de milliards de dollars.

Face à cette situation, l’administration du président Barack Obama tente de contrer les attaques de ces pays. Il a à cet égard déposé des plaintes devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), expulsé du personnel diplomatique, ou encore restreint la délivrance de visas, selon le Washington Post.

Le réseau social Twitter avait annoncé pour sa part le 2 février qu’environ 250.000 de ses utilisateurs avaient été victimes de pirates informatiques “sophistiqués”, qui avaient mené des attaques similaires à celles portées contre des sociétés et des médias américains.

La même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois.

Twitter avait alors mis en garde contre l’utilisation du logiciel Java. Le département américain de la Sécurité intérieure avait appelé début janvier ses utilisateurs à cesser d’y avoir recours, en raison de sa vulnérabilité.

http://fr.news.yahoo.com

Comments (0)

Tags: , , , , , , , ,

France Télécom veut le contrôle total de Mobinil

Posted on 29 January 2013 by nik

Le groupe France Télécom a annoncé sa volonté de mettre environ deux milliards de dollars sur la table pour s’offrir 58,6% du capital supplémentaire de Mobinil. Naguib Sawiris ne conserverait que 5% des parts.

Le magnat des affaires égyptien – et désormais homme politique – Naguib Sawiris accélère son retrait des télécoms en Égypte. Après avoir cédé en 2011 le contrôle de la plupart de ses actifs télécoms en Afrique et en Europe (dont Orascom Telecom et Wind) au Russe Vimpelcom, dans un deal estimé à 6,6 milliards de dollars, Naguib Sawiris s’est cette fois entendu avec son partenaire historique dans l’opérateur égyptien Mobinil, France Télécom Orange.

Dans le cadre d’un protocole d’accord non-engageant, le groupe français a annoncé sa volonté de racheter à Orascom Telecom Media and Technology (OTMT, une structure contrôlée par Naguib Sawiris ) 29,6% détenus directement et indirectement dans le capital d’ECMS (plus connu sous sa marque Mobinil). Naguib Sawiris conserverait 5% des parts. En vertu des dispositions en vigueur, France Télécom Orange devrait dans la foulée proposer une offre d’achat sur le flottant d’ECMS (29% du capital), qui est cotée à la bourse égyptienne. Les deux opérations se feraient au même prix de 202,5 livres égyptiennes, 47% au-dessus du cours en vigueur au moment de l’annonce, le 13 février au matin.

Si tôt l’opération annoncée, le cours de l’opérateur égyptien, qui s’était déjà littéralement envolé depuis mi janvier, a bondi de 10%. Selon les analystes, il est fort probable que l’opération – qui coûterait environ deux milliards de dollars à France Télécom Orange – aille à son terme, même si le passé des relations entre Naguib Sawiris et le groupe français plaide pour la prudence. Principal actionnaire d’OTMT, Naguib Sawiris ne devrait pas faire machine arrière.

France Télécom et les pays émergents

« Il augmente ses activités en dehors d’Égypte, le soutien politique qu’il reçoit du nouveau régime a diminué par rapport à celui dont il bénéficiait du temps de Moubarak, et sa part dans ECMS, dont l’activité ne se porte pas très bien, ne lui permet pas de contrôler les opérations », soulignent les équipes de recherche de la banque d’affaires Renaissance Capital. OTMT, la nouvelle entité née de la cession d’Orascom Telecom, nourrit des ambitions internationales importantes : elle détient ainsi 75% du capital de l’opérateur mobile coréen Koryolink et devrait utiliser les fruits de la vente des parts dans Mobinil pour se développer dans de nouvelles contrées.

Pour France Telecom Orange, qui vient de céder Orange Suisse et Orange Autriche, cette opération égyptienne est une étape importante dans sa stratégie de développement dans les pays émergents. Depuis un an et demi, l’opérateur français a ainsi investi environ 1,1 milliard de dollars pour entrer au Maroc, via l’acquisition de 40% de Meditel, et en RDC, avec l’achat de Congo Chine Telecom. Avec 31,6 millions de clients à fin septembre 2011, Mobinil est déjà l’un des principaux actifs de France Télécom Orange. Mais la société est en perte de vitesse.

Au premier semestre 2011, elle a affiché des pertes et a vu son chiffre d’affaires reculer de 7,4% au troisième trimestre, notamment suite à un boycott lancé contre la marque après des propos de Naguib Sawiris jugés blasphématoires par certains clients. Surtout, sa part de marché est en nette diminution, le leader, Vodafone Egypt, accélérant sa domination. La prise de contrôle total de Mobinil par le groupe français devrait lui permettre de redresser et doper les activités dans le pays.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Égypte : France Télécom veut le contrôle total de Mobinil | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Comments (0)

MTN_PUB

Tags: , , , , , , , ,

Grosse perturbation de réseaux pour MTN en Décembre 2012 et ca continue

Posted on 05 January 2013 by pollux

Comme bon nombre d’entre nous parmi les abonnés MTN Cameroun ont pu le remarquer, cette période de fête de fin d’année 2012 n’a pas été très joyeuse chez notre cher opérateur, qui se dit “unstoppable”.

Maintenant, le sens de cette publicité est clair à nos yeux, car on a pu voir à quel point ces derniers nous ont fait passer d’agréables moments en 2012 et encore que, rien n’est terminé.

MTN Unstopppable Pub

MTN

Cela faisait déjà plusieurs semaines que, les abonnés de MTN, fans des “Yellow Night” (Appel de nuit) ne pouvaient plus émettre d’appel juste avant que les fêtes ne se présentent. Ce qui fut bien surprenant, c’est le comportement du serveur vocal lorsque l’on essayait d’emettre un appel à partir de minuit. La réponse que l’on obtenait était la suivante : “Votre crédit est insuffisant pour effectuer cet appel!”. Cependant, j’aimerai souligner le fait que, ceci ne dépendait en rien du fait que vous disposez d’assez d’unité d’appel ou pas. Que vous ayiez 500 f, 1000 f, ou même 0 f de crédit, vous receviez exactement la même réponse. Au départ on se disait bien que c’était un déréglage et que ceci n’allait pas durer, mais quelle ne fut pas la surprise de constater que, jusqu’au 26 Décembre, le problème persistait! Comme quoi, notre cher Yello! n’était pas au courant de la situation!

Comme si cela ne suffisait pas, je suppose que nous avons tous reçu ce même message qu’ont reçu tous les abonnés de MTN à la veille des fêtes. Ce dernier nous avertissait clairement que la période verrait les abonnés suspendu des forfaits cadeaux (Yellow Night, Tarif préférentiel ou SMS illimité by night…), en raison de l’amélioration de la qualité du réseau pour les appels durant la période. Mais quelle ne fut pas notre surprise de constater que, malgré le fait que nous ne puissions jouir de nos modes de forfait à tarif économique, c’était à peine si un appel nous mettait 2 min!!! De quoi nous mettre vraiment en colère quand on pense que l’appel nous coute vraiment cher!

De quoi se demander à quoi servent le période des soldes chez MTN, mais comme ils le disent, ils sont “Unstoppable” !!!

 

Comments (0)

Tags: , , , , , , , ,

Administrateur du Progiciel RAMSES (CAMAIR-CO)

Posted on 03 December 2012 by nik

Références

Type de poste Plein temps
Statut de l’offre Recrutement en cours
Offre proposée depuis le 29/11/2012
Emplacement DOUALA
Durée
Informations société

DOUALA,
Site web: http://www.camair-co-careers.com/

Description du poste proposé Recrutement d’un Administrateur du Progiciel RAMSES
Qualifications demandées COMPÉTENCES

  • Administrateur système
  • Bonne familiarité avec le langage comptable
  • Maîtrise de l’environnement AS400
  • Connaissance d’un progiciel de traitement de la comptabilité des recettes commerciales, de préférence RAMSES
  • Bonne connaissance du langage de programmation WINDEV
  • Rigueur
  • Esprit d’équipe
  • Travail sous forte pression.

QUALIFICATION ACADÉMIQUE

  • Niveau d’étude BAC + 3 minimum en informatique
Salaire N.A
Comment postuler ?

Pour postuler, aller sur le site http://www.camair-co-careers.com/

Cameroon Airlines Corporation ‘Camair-Co’ (RC/DLA/2009/B/958)
Boulevard de la Liberté, BP 4852, Douala, Cameroon.

Phone: 33422010

Comments (0)

Tags: , , , , , ,

Le Cameroun à la traîne de la croissance africaine et mondiale

Posted on 26 November 2012 by nik

Plus de dix ans après l’ attribution de ses premières licences de concession en 1999 à Orange-Cameroun et 2000 à Mtn-Cameroun, le Cameroun continue d’ occuper une place de queue de peloton dans la croissance africaine et mondiale du marché de la téléphonie mobile en voie d’ élargissement avec l’entrée en scène annoncée de nouveaux opérateurs.

Le dernier classement de l’Indice de développement des TIC publié dans l’édition 2011 du rapport “Mesurer la société de l’ information” de l’Union internationale des télécommunications (UIT) le place à 136e place sur 152 pays du monde, loin derrière d’ autres pays africains comme le Gabon (112e), la Namibie (113e), les Comores (128e), Djibouti (129e), le Swaziland (118e), la Gambie (126e), le Togo (133e), le Bénin (135e), etc.

Avec un IDI de 1,53, le Cameroun perd trois places par rapport à 2008 où il se logeait au 133e rang avec un IDI de 1,40. Il fait figure de nain face aux pays du Top 5 africain constitué de Maurice (69e), des Seychelles (71e), de l’Afrique du Sud (97e), du Cap-Vert (104e) et du Botswana (109e).

Pour le panier des prix TIC, il s’inscrit à la 148e position, encore une fois à plusieurs longueurs de Maurice (47e), des Seychelles (77e), du Botswana (85e), du Cap-Vert (118e). Même le Tchad (137e), son voisin longtemps déchiré par des crises sociopolitiques depuis les années 80, lui dame le pion.

D’après l’UIT, dans les pays où les prix des TIC sont relativement élevés, les niveaux d’accès aux TIC et d’utilisation de ces technologies sont relativement bas. “Tandis que les Européens dépensent en moyenne 1,6% de leur revenu mensuel pour le sous-panier téléphonie mobile, les Africains vont jusqu’à dépenser en moyenne 24,6%”, souligne l’organisation dans son rapport.

Ces taux sont de 20,2% au Cameroun en 2010, soit malgré tout une amélioration par rapport à 2008 qui enregistrait 31,1%.

Sur le continent, les prix de la téléphonie fixe ont chuté de 10%, ce qui, laisse penser l’UIT, pourrait traduire une réaction à la concurrence très vive du marché du mobile. Un marché qui “est en permanence maintenu par une évolution constante depuis plus de dix ans”, a remarqué à Xinhua le représentant de la zone UIT pour l’Afrique centrale à Yaoundé, Jean-Jacques Massima Landji.

Conjugués aux efforts d’investissement des Etats respectifs, explique celui-ci, les taux de pénétration ont obligé les opérateurs du secteur à aller là où le téléphone n’arrive pas. Même si qualité du service relève cependant d’une autre paire de manches, puisque dans bien des cas l’efficacité du réseau diminue généralement en fonction quand on s’éloigne des milieux urbains.

“Nous constatons que dans la plupart des pays il y a une déviation de l’usage des fonds, les recettes qui devaient servir à poursuivre le travail de développement de ce qu’on appelle l’accès au service universel, c’est-à-dire l’accès de tous au moins, à moins d’un kilomètre d’un point de TIC, de communication, que ce soit un poste de téléphonie, une cabine téléphonique ou un centre polyvalent”, relève Massima Landji.

Selon lui, “si les Etats continuent à amender des opérateurs pour financer d’autres choses que les services de téléphonie sous prétexte de la péréquation, les lois quand elles sont prévues, elles doivent taxer de manière unique. Il ne faut pas de double imposition dans un régime commercial”.

Dans certains pays, poursuit-il, “on a facturé 10% du chiffre d’ affaires des opérateurs pour financer la caisse-maladie, pour résoudre un problème de société. On ne refuse pas, mai là n’est pas le problème. Les opérateurs de téléphonie n’ont pas vocation à venir combler les déficits du secteur de la santé. Au lieu de finir la croissance dans ce secteur, on la dépouille.”

Au Cameroun, dominé par la téléphonie mobile (9,7 millions d’ abonnés en 2010 sur une population de 20 millions d’habitants), le secteur des télécommunications représente 4% du produit intérieur brut (PIB), selon les estimations officielles.

En plus des impôts, les opérateurs de téléphonie mobile sont astreints au paiement d’une contribution au Fonds spécial de développement des télécommunications à hauteur de 3% de leur chiffre d’affaire annuel.

La fourniture des infrastructures clés reste le domaine exclusif de l’opérateur étatique Cameroon Telecomunications ( CAMTEL). “La plupart des opérateurs de téléphonie mobile se plaignent de ce que les transmissions qu’ils pourraient utiliser sont chères. Evidemment, puisque CAMTEL a bénéficié des services de fournisseur qui sont très chers”, rappelle le représentant de l’ UIT.

“Si la bande passante était donnée à des opérateurs de téléphonie tiers, ça alimenterait CAMTEL d’un minimum de revenus que de laisser des fibres non utilisées”, conseille-t-il.

 Source:Cameroun-online.com

Comments (0)

vshop.cm

Abonnez vous!!!

Pour vous inscrire à notre newsletter, ajouter simplement votre email ci dessous. Vous recevrez un email de confirmation.